L’équipe

L’équipe opérationnelle de l’Institut est composée de permanents, dont un certain nombre sont mis à disposition par les membres du groupement. Elle accueille régulièrement des professionnels ou chercheurs en résidence et anime un réseau de correspondants dans différents secteurs ou pays, prêts à être mobilisés selon les besoins de sa programmation scientifique. Cette équipe évoluera au rythme du déploiement des nouvelles missions de l’Institut. 

Pôle de direction

Valérie SAGANT
Directrice de l’Institut

Valérie Sagant est directrice du GIP Institut des études et de la recherche sur le droit et la justice dans le prolongement de la direction de la Mission de recherche droit et Justice qu’elle assure depuis novembre 2018. Magistrate, diplômée de l’Institut des études politiques de Paris, inspectrice générale de la Justice, elle commence sa carrière comme juge d’instruction au Tribunal de grande instance de Nancy de 1992 à 1994. Elle rejoint ensuite la direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) de 1994 à 1998 où elle contribue à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques en matière de prévention de la délinquance, d’aide aux victimes, de justice alternative et de politique judiciaire de la ville. De 1998 à 2002 elle assiste le Ministre délégué à la ville sur les questions de prévention, de justice, de sécurité et de drogues. De retour au ministère de la Justice, elle est chargée en qualité de sous-directrice de l’expertise et des relations internationales au Service des affaires européennes et internationales jusqu’en 2005. Elle dirigera ensuite pendant 5 années, à Montréal, le Centre international pour la Prévention de la Criminalité (CIPC) et le positionne comme l’unique organisation internationale spécialisée en prévention de la délinquance et en sécurité quotidienne. De retour en France, elle est vice-présidente chargée de l’application des peines au tribunal de grande instance de Créteil. En 2012, elle rejoint le cabinet de la Garde des sceaux où elle est en charge de la coordination des politiques en matière pénale, ainsi que de la statistique, des études et des recherches et lance la conférence de consensus sur la prévention de la récidive. Chargée de mission auprès du Secrétaire général de la justice de 2013 à 2014, elle suit le projet de réforme pénale et organise le débat national autour de la Justice du 21ème siècle. Valérie Sagant est ensuite nommée pour trois années, directrice adjointe de l’école nationale de la magistrature, responsable de la formation continue, de l’action internationale et des formations professionnelles spécialisées. Sensible au droit comparé et aux coopérations internationales, elle a apporté son concours à de nombreuses publications notamment sur ses thèmes de prédilection : la prévention de la violence et de la criminalité, la sécurité quotidienne, souvent sous l’éclairage d’expériences internationales.

Harold EPINEUSE
Directeur adjoint

Harold Epineuse a travaillé pendant vingt ans auprès d’organisations internationales, de gouvernements ou d’institutions judiciaires de plus de quarante pays en tant qu’expert ou consultant sur les politiques de justice et la réforme des institutions. Avocat et universitaire de formation, il entreprend de lancer une activité de conseil et de valorisation de contenus scientifiques dans le champ juridique qui l’amène à intervenir pour et devant des publics variés : professionnels, organismes de formation, éditeurs ou médias, en France comme à l’étranger.  Familier des projets européens et des activités de coopération, il entame alors une collaboration avec le ministère des affaires étrangères sur les sujets de mondialisation juridique et des politiques de développement. Après avoir exercé à Washington pendant quatre ans comme conseiller auprès de la Vice-présidente et directrice juridique du groupe Banque Mondiale, il rejoint la direction des services judiciaires du ministère de la justice français, puis l’inspection générale de la justice. Il collabore depuis de longues années à l’institut des hautes études sur la justice dont il est nommé secrétaire général adjoint à son retour en France. Membre de la mission de préfiguration du futur groupement d’intérêt public IERDJ, il en devient le directeur adjoint au 1er janvier 2022.

Isabelle SAYN
Directrice adjointe scientifique

Isabelle SAYN est directrice de recherche au CNRS (section 36 : Sociologie et sciences du droit), rattachée au Centre Max Weber (CMW, UMR 5283, CNRS, Université de Lyon). Elle a assumé les fonctions de directrice du CERCRID (UMR 5132) et de directrice adjointe de l’Institut des Sciences de l’Homme (MSH LSE). Elle est aujourd’hui membre de l’équipe Dynamiques sociales et politiques de la vie privée du Centre Max Weber dont elle assure la coresponsabilité. Ses travaux se situent principalement dans le champ du droit de la famille (solidarités familiales) et dans celui du contentieux de la protection sociale, avec un intérêt théorique et empirique pour les processus d’application du droit et ses utilisations stratégiques et donc pour les questions d’accès au droit (interprétations, accès au juge, processus décisionnel). Sur le terrain de la famille, ses centres d’intérêt sont les modalités de la rupture et ses conséquences économiques à l’égard des membres du couple (prestation compensatoire) ou à l’égard des enfants (contribution à l’entretien et à l’éducation des enfants). Cette perspective l’a conduite à s’intéresser à la production d’outils d’aide à la décision créés par les professionnels eux-mêmes, notamment à destination des magistrats (guidelines). Elle a co-dirigé une recherche sur ce thème : « Les barèmes et autres outils d’aides à la décision » en usage dans les juridictions (https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02283040v2), qui s’inscrit dans une interrogation sur les évolutions contemporaines de la justice.
Cet intérêt pour les mécanismes d’application du droit trouve aujourd’hui un nouveau terrain avec l’intelligence artificielle appliquée au domaine juridique, spécialement s’agissant de l’open data des décisions de justice et de la production corrélative d’outils algorithmiques d’aide à la décision. Elle est membre nommée du Haut Conseil à la Famille, à l’Enfance et aux Ages (HCFEA, Commission famille), en tant que « personnalité qualifiée », membre du Comité d’Éthique de la Recherche (CER) de l’Université de Lyon, membre du Conseil scientifique de l’Institut SHS du CNRS.

Sonya DJEMNI-WAGNER
Déléguée générale au développement stratégique

Sonya Djemni-Wagner est la déléguée générale au développement stratégique de l’Institut des études et de la recherche sur le droit et la justice. Elle a coordonnée la mission de préfiguration qui a conduit à la création de l’Institut. Elle est par ailleurs inspectrice générale de la justice, membre de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) et représentante de la France à la Commission européenne pour l’efficacité de la Justice (CEPEJ) du Conseil de l’Europe. Diplômée de Sciences-Po Paris, elle est titulaire d’une maîtrise en droit européen. Elle a été substitut du procureur de la République au tribunal de grande instance de Bobigny, vice-procureure au tribunal de grande instance de Paris et vice-présidente du tribunal de grande instance de Nantes (en 1998, 2004 et 2011). Elle a également exercé à la Commission européenne en tant qu’experte nationale détachée, entre 2008 et 2011, à la direction générale Justice. En 2015, elle est nommée sous-directrice de la négociation et de la législation pénales à la direction des affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice. A partir de 2017, elle est durant deux ans, conseillère Justice au cabinet du président de la République. Elle a participé à de nombreux groupes de réflexion ou travaux autour notamment de la place institutionnelle et l’organisation de la justice, l’espace européen de justice, la justice environnementale.

Pôle scientifique

Responsables scientifiques et de programme

Sarah ALBERTIN

Avocate et juriste de formation, Sarah Albertin est spécialisée en droit européen et en droit pénal.  Après avoir exercé en cabinet d’avocats, elle a dirigé pendant plusieurs années le programme de recherche « Régulation de la mondialisation » sur les questions de droit global, droit économique mais aussi d’identités professionnelles et de pédagogie au sein de l’Institut des Hautes Études sur la Justice. En 2022, elle a intégré l’IERDJ en tant que responsable scientifique et de programme. 

Joël HUBRECHT

Joël Hubrecht est responsable de suivi scientifique et de programme à l’Institut des études et de la recherche sur le droit et la justice (IERDJ). Il était jusqu’en décembre 2021, Responsable du programme Justice pénale internationale et justice transitionnelle à l’Institut des hautes études sur la justice (IHEJ). Il a été coordinateur éditorial des Carnets du CAPS (Centre d’Analyse, de prévision et de stratégie du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères). Il est membre du comité de rédaction de la revue Esprit. Il a notamment publié avec Catherine Coquio, Naïla Mansour et Farouk Mardam-Bey Syrie le pays brûlé (2011-2021). Le livre noir des Assad (éditions du Seuil, septembre 2022 – à paraitre) ; avec Assumpta Mugiraneza Enseigner l’histoire et la prévention des génocides, CNDP-Hachette, 2009 ; Kosovo 1981-2001. Etablir les faits, éditions Esprit, 2001. Son parcours de recherche est retracé dans le collectif Penser les génocides. Itinéraires de recherche, CNRS éditions 2021.

Anne-Sophie de LAMARZELLE

Magistrate de l’ordre judiciaire, titulaire de deux maîtrises, en droit privé et en sciences de gestion, Anne-Sophie de Lamarzelle a débuté sa carrière en 1999 comme substitute du procureur de la République. Elle a ensuite exercé les fonctions de juge d’instruction puis de vice-présidente chargée de l’application des peines. En 2017, elle a intégré la chambre criminelle de la Cour de cassation en qualité de conseillère référendaire. Intervenante régulière à l’École Nationale de la Magistrature et auteure de différentes publications en lien avec le droit et la justice, elle a rejoint l’IERDJ début 2022.

Vanessa MAQUET

Docteure en droit privé et sciences criminelles, Vanessa Maquet est spécialiste de droit pénal, droit international pénal et droit comparé. Elle est l’autrice de plusieurs articles scientifiques dans ces domaines et a enseigné pendant dix ans le droit pénal et la procédure pénale à l’université. Au sein de l’IERDJ, elle suit les thématiques de recherche portant sur la matière pénale ; les peines et la prison ; la justice des mineurs, l’enfance délinquante et la protection de l’enfance ; la justice face aux crises ; les besoins de justice.

Stéphane NAFIR-GOUILLON

 Magistrat de l’ordre judiciaire, titulaire d’un DEA en sciences criminelles, Stéphane Nafir-Gouillon débute sa carrière professionnelle, en 2000, comme avocat collaborateur en cabinets civilistes à Grenoble. De 2002 à 2007, il exerce comme avocat-conseil indépendant spécialisé principalement en droit des contrats, droit pénal spécial et conseil juridique. Il intègre la magistrature en qualité d’auditeur de justice en 2007. Il exerce pendant deux ans les fonctions de juge placé auprès du Premier Président de la cour d’appel de Paris. A cette occasion, il occupe les fonctions de juge de l’exécution, juge du surendettement, juge correctionnel et préside et administre le tribunal d’instance de Fontainebleau. En 2011, il exerce les fonctions de juge d’instance à Paris. En 2017, il rejoint l’ENM Paris en qualité de coordonnateur de formation, en charge des des magistrats à titre temporaire (MTT), des conciliateurs de justice et des délégués du Procureur. Il élabore la formation de ces trois publics en formalisant leurs compétences sociales et professionnelles et en créant leur référentiel de compétences-métier. Il construit l’offre de formation sous forme de modules numérisés en présentiel et distanciel. A cet effet, il développe une expertise dans la mise en forme et la conception d’outils de formation et de communication principalement avec le legal design et la maitrise du langage clair. Il anime et forme des réseaux de formateurs chargés de diffuser nationalement ces formations. Depuis 2005, il exerce une activité d’enseignant et de formateur en intervenant régulièrement sur les voies d’exécution, la procédure civile et les modes amiables de règlements des différends (MARD) (ENM, IEJ, colloques, direction des affaires juridiques du MINEFI). Il est expert international pour l’ENM et Expertise France dans ces domaines, dispense des formations de formateur et crée des programmes de formations pour les magistrats et greffiers grâce aux compétences construites en pédagogie des adultes et formation professionnelle.

Florence NOIRE

© JB Eyguesier/Conseil d’État

Contact :
florence.noire@gip-ierdj.fr
 

Titulaire d’un diplôme d’études approfondies en droit public obtenu à l’université Montesquieu Bordeaux IV en 2005 et d’un diplôme d’analyste en stratégie internationale, géopolitique et prospective obtenu à l’école de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS Sup’) en 2017, Florence Noire a exercé des fonctions contentieuses, de conseil et de légistique à la direction des affaires juridiques du ministère de la transition écologique de 2007 à 2010. Lauréate du concours de recrutement des conseillers des tribunaux administratifs et cours administratives d’appel (2010), elle a exercé ses fonctions juridictionnelles dans les tribunaux administratifs de Limoges (2011-2013) et de Marseille (2015-2017 puis 2019-2022), comme rapporteure puis rapporteure publique, en particulier dans les domaines du droit de l’environnement, des contrats et des biens publics. Des périodes d’expatriation au Mexique (2013-2015) et en République dominicaine (2017-2019) lui ont permis de prendre part à la coopération juridique en Amérique latine, de rédiger un mémoire de recherche sur « l’influence par le droit » (2017) et de travailler aux côtés de l’ambassade de France en République dominicaine et de la Chambre de commerce et d’industrie franco-dominicaine, ainsi que d’enseigner le droit public au sein du centre de formation des juges dominicains (Escuela nacional de la judicatura). Détachée depuis le 1er septembre 2022 comme chargée de mission juridique auprès de la Présidente de la Section du rapport et des études du Conseil d’État, elle a rejoint le Pôle scientifique de l’IERDJ à cette même date.

Victoria VANNEAU

Docteure en droit, Victoria Vanneau est ingénieure de recherche CNRS. Spécialiste d’histoire du droit et des violences de genre, elle est l’autrice d’un certain nombre d’articles scientifiques et d’ouvrages dont Le Chien. Histoire d’un objet de compagnie (Autrement, 2014, réédition 2020) et La Paix des ménages. Histoire des violences conjugales. XIXe-XXIe siècle (Anamosa, 2016). Au sein de l’IERDJ, elle suit les thématiques de recherches portant sur les violences intrafamiliales et les questions de genre ; l’environnement, les animaux et les générations futures ; la criminologie, le terrorisme et la radicalisation ; les institutions judiciaires pénales ; la culture juridique.

Mélanie VAY

Mélanie Vay est docteure en science politique, juriste et sociologue de formation. Spécialisée en sociologie politique de l’Union européenne, elle est l’auteure notamment de La mise en problème européen de l’économie publique. Sociohistoire des mondes de l’entreprise publique au contact de la politique européenne (1957-1997) (Dalloz, 2021). Au sein de l’IERDJ, elle suit les thématiques de recherches portant sur les professions du droit et de la justice ; le numérique ; le droit économique ; les libertés, droits fondamentaux et droit des personnes ; les modes alternatifs de règlement des différends.

Pôle administratif et financier

Damien FÉRAILLE

Responsable administratif et financier, chef du pôle

Damien Féraille est mis à disposition par la Cour des comptes auprès de l’IERDJ, après avoir été vérificateur des juridictions financières à la Chambre régionale des comptes d’Île-de-France pendant 3 ans. Il a également été chargé d’études à la Direction générale des collectivités locales du ministère de l’intérieur et, antérieurement, adjoint au chef du bureau des affaires générales et chef du bureau de l’animation et du développement des territoires à la sous-préfecture de Meaux (Seine-et-Marne). Il est docteur en droit public et titulaire d’un DEA de droit de l’Union et des Communautés européennes de l’Université de Strasbourg.

François BOCQUILLON

Adjoint au responsable administratif et financier

 

Juriste et titulaire d’un Master 2 en droit public de l’Université de Caen, François Bocquillon a rejoint l’IERDJ en août 2022 en qualité d’adjoint au chef de pôle administratif et financier. Servi par une formation de juriste en administration des organismes publics et ayant développé des compétences budgétaires et comptables, son parcours l’a amené à exercer des missions juridiques et contentieuses, organisationnelles, financières et de contrôle au profit de services de l’État, d’autorités administratives indépendances agissant dans les domaines de la santé et du financement politique, ou de groupements d’intérêt publics œuvrant dans l’accès au droit et la recherche juridique.

Clémence HUVÉ

Assistante de direction et chargée du secrétariat

Forte d’une expérience de plusieurs années dans la gestion client au sein de sociétés privées, Clémence Huvé a occupé des postes dans l’événementiel, le conseil ou encore le recrutement. Après avoir intégré le service administratif et financier de la MRDJ en intérim en janvier 2021, elle a intégré en parallèle l’IHEJ en septembre 2021 sur un poste similaire avant d’être recrutée définitivement à l’IERDJ en tant qu’assistante de direction et chargée du secrétariat.

Sophie SEBAG

Assistante de direction et chargée du secrétariat

Sophie Sebag travaille au service du ministère de la Justice depuis 15 ans. En 2016 elle a intégré le GIP Mission de recherche Droit et justice en qualité d’assistante de direction, des missions qu’elle poursuit dans le prolongement de l’Institut des études et de la recherche sur le droit et la justice.

Pôle communication et valorisation

Nicole CHÉMALI

Cheffe du pôle communication et valorisation

Titulaire d’un DEA de science politique, d’une maîtrise de sociologie et d’une double licence de sociologie et d’urbanisme, Nicole Chémali a débuté sa carrière comme journaliste notamment à l’hebdomadaire « Le Point » et au quotidien « Le Matin de Paris », dans les services de politique étrangère. En 1983, elle a été chargée de recherche à l’Institut national supérieur d’études de défense et de désarmement (Insed) de l’Université Paris I, spécialisée dans les questions internationales.

De 1987 à 2000, elle a intégré plusieurs agences spécialisées en communication corporate et institutionnelle pour divers organismes, entreprises et collectivités locales, en tant que consultante-directrice de clientèle.

Elle a rejoint le Gip Genopole en décembre 2000 en tant que directrice de la communication jusqu’à fin 2018. Genopole a été créé en 1998 à l’instigation de l’Association française contre les myopathies, l’État et les collectivités locales pour développer à Evry un biocluster dédié à la recherche en génomique, à l’enseignement des sciences du vivant, à la création d’entreprises de biotechnologies et de plates-formes technologiques autour de l’université d’Evry Val-d’Essonne et du Centre hospitalier Sud-Francilien.

Léa DELION

Chargée de la valorisation

Léa Delion est Chargée de la valorisation au sein du pôle communication et valorisation de l’IERDJ depuis sa création en janvier 2022. Son parcours professionnel a toujours allié le graphisme, l’art et le droit aussi bien en France qu’à l’international : diplômée de l’École de Recherche Graphique de Bruxelles en 2009, elle débute ses activités à Berlin, en qualité de graphiste, puis à New York où elle intègre le studio de design 2×4.

Après une expérience en Colombie pour développer un centre culturel à Medellin, elle rentre à Paris en 2019 où elle rejoint Amicus Radio, une initiative qui vise à rendre le droit audible et accessible. 

Responsable de la communication de la radio, elle lance parallèlement une série de podcast sur les liens que tissent l’art et le droit, intitulée « L’Art au parloir ».

Parallèlement, elle intègre l’Institut des Hautes études sur la Justice où elle coordonne l’événementiel de la structure et prend la responsabilité éditoriale du site internet jusqu’en 2021.

Morgane ROQUES
Chargée de la communication

Juriste de formation, Morgane Roques est diplômée d’un Master 2 en droit de la santé de l’Université Toulouse 1 Capitole.

Son parcours a toujours mêlé le droit et la communication. Elle débute sa carrière au sein de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Elle devient responsable de la communication et marketing d’un groupe spécialisé en développement des produits de santé et télé-expertise médicale. Après plusieurs années, elle rejoint la maison d’édition juridique Lextenso au sein du service marketing et communication, où elle co-organise notamment un prestigieux concours de plaidoirie en partenariat avec le Conseil constitutionnel. En 2022, elle intègre le pôle communication et valorisation de l’IERDJ.

Philippe RAFFIER, agent comptable auprès du GIP IERDJ